Sécurité

GGR Voilier

Une sécurité renforcée

 

Les skippers disposeront des mêmes moyens qu’en 1968 pour les instruments de navigation. Seule la sécurité à bord sera renforcée.

Les règles sont simples et renouent avec l’âge d’or de la voile. Chaque skipper devra accomplir un tour du monde sur un voilier conçu avant 1988 et équipé du matériel d’époque. Pour calculer sa position ou prévoir la météo, les participants devront recourir au sextant, aux cartes papier ou au chronomètre à remontoir. Les instruments électroniques, le pilote automatique et la navigation par satellite resteront à quai. Seule concession à la modernité : pour assurer la sécurité des skippers les bateaux seront équipés de balises de suivi de position, de balises de détresse et d’un téléphone iridium.

 

Pour les organisateurs, la sécurité des skippers est la priorité


La revue des équipements exigés dans la « notice de course » (65 pages) est consultable sur le site internet de la GGR.


Si les conditions de navigation sont celles de 1968 (pas d’assistance électronique, pilote automatique, etc.) les matériels et les techniques de sécurité sont bien de 2018 :

  • expérience minimale de 8000 milles + 2000 en solitaire
  • 3 systèmes de tracking indépendants
  • 2 téléphones satellite irridium
  • 3 balises de détresse dont une personnelle
  • 1 radio BLU + 1 radio HF SSB + 1 radio VHF + 2 radios HH VHF + 1 radio + One GMDSS VHF HH + 1 radio aviation band VHF
  • 1 radeau de survie SOLAS
  • 1 système de gréement de fortune testé
  • 1 second système complet de gouvernail d’urgence
  • 1 cloison étanche à l’avant et 1 cockpit complètement étanche
  • 1 système de panneau solaire de 160 watt d’urgence, etc.