Le Remblai renforce sa défense

 

Sous les assauts des vagues qui déferlent aux rythmes des marées, la risberme du Remblai présentait des signes de faiblesse. L’Agglomération vient de lui offrir deux cents mètres de complète restauration en béton armé. De quoi envisager plus sereinement les années à venir.

Travaux risbermePlacée en première ligne face aux vagues, la risberme est l’ouvrage de défense principal du Remblai. Cette épaisse semelle de béton sur laquelle s’appuie la promenade chère aux Sablais, a une double vocation. D’abord protéger le Remblai des assauts de la mer. Inutile de dire que les forces en présence sont colossales. La risberme protège aussi la grosse canalisation des eaux pluviales qui se déverse dans l’océan en provenance d’une partie du centre-ville.

Or, cette « banquette » en béton présentait des signes de faiblesse sur à peu près 200 mètres entre le phare rouge et la cale, à la hauteur de la rue Guynemer, sur un tronçon peu protégé par la grande jetée et subissant régulièrement des trains de houle. L’entreprise mandatée par l’Agglomération a profité de la période de confinement pour déconstruire l’ouvrage et le restaurer à neuf. « C’était en effet la période idéale pour de tels travaux ; nous sommes épargnés par les tempêtes de début d’année et le confinement est venu limiter la circulation et le cheminement piéton », confiait le coordinateur des travaux.

 

Risberme Les Sables d'Olonne

Des travaux, réalisés par tronçons de 25 mètres, qui ont nécessité de dégager le sable, puis de casser le béton jusqu’à atteindre la roche. C’est une dalle de 40 cm d’épaisseur sur 5 mètres de large qu’il a fallu détruire pour mieux la reconstruire. Au total 450 m³ de béton armé ont ainsi été coulés en trois mois. Ces travaux ont été dictés par la nécessité, mais le Remblai est l’objet d’une attention constante, afin de garantir la pérennité de cet ouvrage qui fait le charme de la ville et dont l’attrait fait pour beaucoup dans la venue des quelques 100 000 estivants en saison haute.