Piscines : les Sablais peuvent se jeter à l'eau !

piscine-chirons

Avec l’ouverture de la piscine des Chirons le 22 juin, l’ensemble des bassins des trois piscines communautaires accueillent désormais les Sablais après trois mois de fermeture liée à la crise du COVID. Une aubaine pour les nageurs qui ont retrouvé leur ligne d’eau avec un réel bonheur...

Ce ne fut pas une mince affaire pour les équipes, qui ont fait le choix de vidanger et de nettoyer tous les bassins afin de repartir avec le maximum de garanties sanitaires. Pour satisfaire le plus grand nombre, les créneaux horaires se multiplient. A Aqualonne et sur le Remblai, les enfants ont leurs cours de natation le matin et les adultes les cours d’aquagym et d’aquabike le soir après 18h. Les nageurs sont accueillis dans les lignes d’eau de 11h à 13h15 et de 14h15 à 18h. Aux Chirons, les nageurs sont accueillis les lundi, mercredi et vendredi de 15h à 18h et le samedi de 9h à 12h. Les créneaux du matin, là aussi, sont réservés aux stages enfants qui devraient débuter début juillet. Les séances d’aquagym et d’aquabike ont lieu le midi à partir de 12h30 et le soir après 18h.

Les équipes ont conscience des contraintes que cela suppose, mais pour éviter les trop grands brassages les piscines sont encore soumises à une jauge maximum de personnes à l’eau en même temps. Aqualonne ne peut en effet accueillir que 150 personnes à la fois (contre 460 en temps ordinaire), les Chirons sont limités à 60 personnes et le Remblai à 90. Lorsque cela est possible, un casier sur trois est mis à la disposition des utilisateurs et un sens de circulation est proposé. Partout le masque est obligatoire de l’entrée jusqu’aux vestiaires.

Retrouvez toutes les informations pratiques sur le site internet de Vert marine

 

« Les Chirons nous ont beaucoup manqué »

Jeune retraitée du quartier d’Olonne, Monique Aubry est une habituée des Chirons. C’est presque devenu un rituel, tous les mercredis et dimanches matin vers 9h30 elle retrouve le même petit groupe d’habitués. « Beaucoup sont du quartier et sont devenus des copains à force de fréquenter le même bassin ». Pendant une heure, deux à trois fois par semaine, elle « va au bout de son effort », comme elle dit.

« C’est mon sport mais c’est aussi mon médicament ; la natation m’aide à garder la forme », explique cette ancienne auxiliaire familiale. Autant dire que la fermeture de « sa » piscine pendant le confinement a été difficilement perçue. « Par chance j’ai un vélo d’appartement et heureusement qu’il était là ! », lance-t-elle.

Aussitôt la rouverture et rassurée par les mesures sanitaires qui ont été prises, c’est sans appréhension qu’elle a repris le chemin des lignes d’eau. « J’aime cette piscine, l’eau est très claire, les maîtres nageurs sont sympas et les tarifs sont raisonnables », résume cette ardente défenseuse de la piscine. « Ah oui ! Touche pas ma piscine ! » conclut-elle dans un éclat de rire.