Expression des élus n'appartenant pas à la majorité communautaire

Le complexe sportif et la halle culturelle interrogent. 

Nul ne sait quelle est la stratégie culturelle et sportive ? Avoir un club professionnel ? Accueillir l’émergence de nouveaux sports ? Penser les besoins à trente ans ? Artistes nationaux ou culture éclectique ? Quid des Atlantes ?

Sur les finances, qui paiera le plus : l’utilisateur ou le contribuable ? 30 millions pour construire, 2 millions/an pour fonctionner. Pour réduire la facture, peut-on proposer ponctuellement un parc d’exposition ?

Sur les aménagements autour, va t-on aller chercher les 2 000 places nécessaires sur le parking de l’hôpital ? L’Agglomération semble faire le choix de la voiture pour tous nos déplacements. La Vannerie va-t-elle devenir le futur centre-ville des Sables d’Olonne ?

L’idée d’un complexe est bonne mais la question est d'avancer sans faire n'importe quoi n'importe comment. Pensons durable !

Ce projet est mené à marche forcée. L’excès de vitesse conduit souvent à l’accident…"

Anthony Bourget

 

 

Manipulation ?

Lors du conseil d’agglomération du 24 septembre, nous avons dû voter pour ou contre un projet d’un coût global de 30 millions d’euros (ce qui n’est qu’un début). Sans présentation, sans travail préalable, on a demandé aux nouveaux conseillers de se prononcer pour la construction de 3 salles de sport (16 millions) et d’une salle de spectacle (13 millions) : le projet devant nous être présenté le 28 septembre, soit 4 jours plus tard !

Alors oui, j’ai voté favorablement parce que nous avons toujours pensé qu’un nouveau complexe sportif est indispensable. Mais a contrario, les 13 millions prévus pour la salle de spectacle ne pourraient-ils pas répondre à des besoins plus immédiats de la population ?

La crise n’est pas terminée. Ne jouons pas avec l’avenir.

Claire Legrand

Priorité santé

La Ville et l’Agglo des Sables d’Olonne ont annoncé un dispositif de soutien pour aider les entreprises.

L’autre urgence, est le droit à la santé. Les personnels du centre hospitalier Côte de Lumière se sont mis en grève pour des moyens supplémentaires afin d’assurer une qualité de soins. 

Il faut revenir sur les réformes néfastes menées depuis ces 20 dernières années. Le Groupement Hospitalier Territorial, le rapprochement Public-Privé, a conduit à des fermetures de lits et de services entiers, le privé en a profité. 

Avant de vendre l’ex-site de la clinique du Château d’Olonne, organisons une vaste consultation sur l’organisation de la santé publique dans ce grand secteur des Sables d’Olonne. Il faut un hôpital public doté de tous les services et de personnel, de la maternité à l’accueil des personnes âgées et/ou en perte d’autonomie.

Caroline Pottier